Films coup de coeur, coup de gueule

Où l'on parle cinéma avec des critiques des Inrocks, Premiere et Picsou Magazine
Avatar du membre
Koss
Messages : 521
Enregistré le : 29 janv. 2019 09:58
A remercié : 476 fois
A été remercié : 566 fois

Re: Films coup de coeur, coup de gueule

Message par Koss » 13 août 2019 15:38

Ou alors regarder les Trains sur France 5, au moins c'est inédit.

Très beau reportage hier sur Voyage "Un train à travers le Canada". Je ne sais pas si tu l'as vu...

Merci à mon grand-père de me l'avoir signalé.

Et tu me rassures pour les suites de Fantomas.

Avatar du membre
Nicknackpadiwak
Messages : 457
Enregistré le : 29 janv. 2019 07:37
A remercié : 539 fois
A été remercié : 457 fois

Re: Films coup de coeur, coup de gueule

Message par Nicknackpadiwak » 26 août 2019 17:08

Image

Il y a de l’admiration : Bruno Dumont a un savoir-faire énorme et ses plans sont visuellement très beaux.

Il y a aussi de la fascination : j’ai (dans un premier temps) été hypnotisé par ces acteurs amateurs qui débitent avec plus ou moins de naturel des textes hyper écris et qui chantent et dansent sur des rythmes rock, hard-rock, hispaniques, electro, rap, etc, etc dans un décor unique, celui des plages de la Côte d’Opale.

Il y a des questionnements : quel processus créatif a conduit Dumont à imaginer ce film et ses scènes ? Pourquoi la jeunesse de Jeanne D’arc ? Plus prosaïquement, à quelles drogues tourne-t-il ?

Il y a, pour finir, du découragement et un peu d’irritation, parce qu’un moment, ça commence à bien suffire, ce délire.

Note 4/10

Avatar du membre
Nicknackpadiwak
Messages : 457
Enregistré le : 29 janv. 2019 07:37
A remercié : 539 fois
A été remercié : 457 fois

Re: Films coup de coeur, coup de gueule

Message par Nicknackpadiwak » 16 sept. 2019 08:20

Image

Outrage 2, on reprend les mêmes et on recommence. Enfin pas totalement les mêmes, car la quasi-totalité du casting était passé à la trappe à la fin du premier opus. Mais à part ça, le film est la copie quasi-conforme du premier en termes de structure. Du coup, ses défauts y sont plus exacerbés et j’ai eu du mal à passer outre cette fois. Beaucoup trop de personnages et de clans, beaucoup trop de bavardages, une absence quasi-totale de personnages féminins et puis à la fin une succession de gunfights où je ne savais plus trop qui tuait qui. Heureusement il y a toujours la tête de Kitano, il y a aussi deux scènes de violences assez intenses (la perceuse et le meurtre à coup de balle de base-ball), mais j’ai vraiment lutté pour tenir jusqu’au bout.

En fait, Outrage 2, c’est Outrage 1 en moins bien. Et comme Outrage 1 n’était déjà pas le chef d’œuvre du siècle, c’est embêtant. Et dire qu’il y a un Outrage 3….

Note 3/10

Avatar du membre
Nicknackpadiwak
Messages : 457
Enregistré le : 29 janv. 2019 07:37
A remercié : 539 fois
A été remercié : 457 fois

Re: Films coup de coeur, coup de gueule

Message par Nicknackpadiwak » 27 sept. 2019 09:00

Image

Comme à son habitude, Gaspard Noé a réalisé un film mal-aimable et peu avenant, mais pas totalement inintéressant. C'est vraiment sa marque de fabrique. Déjà, il n'aide pas en prenant comme personnage principal un homme antipathique au possible, un personnage taiseux qui traite sa compagne avec mépris. On découvrira très vite qu’il est aussi prétentieux, égoïste, jaloux et possessif ainsi qu’un quetard incorrigible. Tout le film, on suit ses pensées où il rumine les remords vis-à-vis de son histoire avec Elektra, l’amour de sa vie, qu’il a foutu en l’air. Car le propos du film est : l’amour, c’est comme une drogue. Quand on est en plein trip, c’est trop bon. Mais quand c’est fini, on est en manque. Et ce parallèle est appuyé plusieurs fois (c’est même dit textuellement un moment) pour être sûr que tout le monde capte.


De plus, le réalisateur, fidèle à lui-même, ponctue son film de tics assez énervants (le carton qui explique la loi de Murphy, prénom du personnage principal), de moments où il s’auto-cite de manière un peu gênante (Murphy est cinéaste fan de Kubrick comme GN, Gaspard est proposé comme prénom d’enfant, le réalisateur joue le rôle d’un ex d’Electra répondant au nom de Noé, on voit la K7 de Seul contre Tous) et des effets de provocs faciles (l’éjaculation face caméra ou un court insert où l’on voit une relation sexuelle à travers un vagin). Pour enfoncer le clou, il y a même une esquisse de thématique discutable d’une connexion universelle et naturelle entre tous les Mâles du monde contre ces chiantes de femmes.

Bref, ça fait beaucoup, mais heureusement pour lui, GN est un très bon metteur en scènes, il y a un travail esthétique sur chacun des plans. Du coup, le film est beau à regarder et il y a une atmosphère particulière qui se dégage de l’œuvre qui fait qu’on est constamment entre irritation et curiosité. Les acteurs, très bons, aident à l’immersion.

Un dernier point sur les relations sexuelles non simulés du film. Le paradoxe est qu’elles sont à la fois totalement gratuites et inutiles, mais en même temps, on sent que le film a été construit sur le concept. Jamais réellement excitantes (mais est-ce le but ?), je les ai trouvés limite ennuyeuse et redondante. Par contre, Karl Glusman a un kiki assez impressionnant.

Donc Love est un drôle de film, le genre qu’on aime détester, mais qui, bizarrement, une fois dedans, entre deux gémissements d’exaspération, possède un pouvoir assez hypnotisant.

Note 5,5/10

Avatar du membre
Nicknackpadiwak
Messages : 457
Enregistré le : 29 janv. 2019 07:37
A remercié : 539 fois
A été remercié : 457 fois

Re: Films coup de coeur, coup de gueule

Message par Nicknackpadiwak » 28 sept. 2019 09:43

Image

L'archétype de la suite "stronger, faster, harder". Ici, on reprend les mêmes et on démultiplie tout. Plus d'action, plus de péripéties, plus de combats et même deux moines Taoistes superpuissants, c'est vraiment la fête à la surenchère (monstre géant, puis Bouddha géant et enfin mille-pattes géant). Mais du coup, le film perd ce qui faisait la force du précédent, à savoir une forme de candeur avec cette histoire d’amour impossible qui donnait au film un aspect conte de fée très touchant. Ici, la nouvelle romance (Ning Tsai-shen tombe sur le sosie de son fantôme aimé) sent un peu le réchauffée et en plus égratigne la beauté de la relation entre Ning et Nieh Hsiao-tsing du premier volet. Car au final, on se dit que Ning se remet très vite de son amour précédent pour tomber dans les bras de son clone. Il n'y aurait que le physique qui compte pour notre collecteur d’impôt ? Il faut, par contre, admettre que Joey Wong est très jolie et arrive à camper deux personnages différents. En effet, après un dénouement qui a failli être super noir (Ning abadonne Windy à son mariage arrangé, sans insister), lors d'un plan final où on nous fait comprendre que Nieh adoube la nouvelle relation de son amoureux, il suffit d'un gestuel pour qu'on capte qu'il s'agit bien de la fantôme du premier film. Cela prouve tout le talent de l'actrice.


A part ça, on retrouve dans cette suite l'univers du premier toujours aussi fou et diablement attachant, avec ces combats énormes (boules de feux qui sortent des mains, sauts à plusieurs mètres de haut, etc,etc). C'est toujours visuellement très inspiré et beau avec ces fumées et jeux de lumière, l'humour très bon enfant fonctionne sur moi (le comique de répétition de l'immobilisation lors du combat avec le monstre), le rythme est effréné (un peu fatigant pour le coup), la mise en scène est punchy et le côté cheap (ah ce fameux monstre) ajoute un côté hyper-sympathique à l'ensemble.

Histoire de Fantôme Chinois II est donc un agréable divertissement, mais clairement en deçà du premier car il a mis sur le côté l'aspect romantisme/fantastique/naïveté/tragédie qui faisait énormément dans le coup de cœur que j'avais ressenti. Je peux comprendre que le troisième va revenir à ses premiers amours et sera un remake déguisé du premier.

Pao-Yeh-Pao-Lo-Mi ! (un chouia moins, mais encore pas mal quand même).

Note : 7/10

Avatar du membre
elpiolito
Roi du terrier
Messages : 338
Enregistré le : 29 janv. 2019 09:38
A remercié : 252 fois
A été remercié : 411 fois

Re: Films coup de coeur, coup de gueule

Message par elpiolito » 08 oct. 2019 11:33

Chapeau Melon et Botte de Cuir : Fin de partie

Image

C'est vraiment un film étrange, qui laisse une impression vraiment étrange.

Objectivement, c'est du Marvel et du Marvel très moyen. Le scénario est rempli de raccourci et autre trous scénaristiques fumeux, le film se contredisant et s'empêtrant en plus dans ses propres théories temporelles, au gré de l'intrigue.
Dans le rayon des trucs complètement cons, on notera Captain Marvel qui gagne la palme de la connerie absolue avec ses répliques du style "j'étais pas là parce qu'il y avait plus important à faire avec d'autres personnes dans l'univers qui ont besoin de moi. Je suis venu parce que Fury m'a appelé" : euh, Thanos vient de tuer la moitié de l'univers, t'étais à combattre un méchant qui voulait en tuer les 3/4, c'est ça ? Tu t'es pas rendu compte que la moitié des gens étaient partis ?

Certains acteurs se demandent toujours ce qu'ils font là quand d'autres semblent heureux d'arriver en fin de contrat. Néanmoins, le rayage de la carte par Thanos de la moitié des persos dans le précédent film a fait du bien : au moins, il y en a moins à gérer, c'est déjà hyper éparpillé comme ça.

Les scènes de batailles sont pas folichonnes (la scène de bataille finale ressemble à n'importe laquelle des autres) et on sent la bonne grosse dose de féminisme poussée aux forceps.

Néanmoins, le film dégage une sympathie incroyable. C'est le bout du chemin au bout de 10 années, ça pue le fan service à tout va mais au final il en reste une sensation plutôt positive qui fait passer outre les autres conneries habituelles. Parce que les personnages principaux (Cap, IronMan, etc.) que l'on a vu depuis le début ont leur final et un peu de progression dans leur cheminement (surtout Iron Man qui végétait depuis 8 ans), parce qu'il y a cette conclusion pour la plupart qu'ils n'ont pas loupés (même si j'ai bien conscience d'avoir été brossé dans le sens du poil)

Bref, film étrange.

Avatar du membre
Koss
Messages : 521
Enregistré le : 29 janv. 2019 09:58
A remercié : 476 fois
A été remercié : 566 fois

Re: Films coup de coeur, coup de gueule

Message par Koss » 08 oct. 2019 16:14

"même si j'ai bien conscience d'avoir été brossé dans le sens du poil"

En tant que marmotte, t'as du apprécier.

Avatar du membre
elpiolito
Roi du terrier
Messages : 338
Enregistré le : 29 janv. 2019 09:38
A remercié : 252 fois
A été remercié : 411 fois

Re: Films coup de coeur, coup de gueule

Message par elpiolito » 21 oct. 2019 17:19

X-Men : Dark Phoenix

Image

Je n'arrive pas à savoir si le film a été torpillé exprès ou s'il est le résultat d'une multitude de mauvaises décisions et de pas de bol. Je n'arrive pas non plus à savoir s'il est meilleur ou moins bon qu'Apocalypse. Dans tous les cas, c'est pas jojo.

Comme dans l'affrontement final, l'idée est ici de passer par Dark Phoenix pour conclure la "saga" et, globalement, Jean Grey est mieux traitée ici que dans l'autre. On sent la volonté de revenir à l'humain, les transformations apportés par le Dark Phoenix à Jean, etc. De même, du côté de Xavier, il y a un début de développement intéressant sur sa part d'ombre, son contrôle sur les mutants et ce qu'il est capable de faire pour les faire accepter.

Et c'est à peu près tout ce que je noterais de positif.

Sophie Turner, personnage principal du volet, n'a pas les épaules pour porter le film. Elle s'en sort correctement, on sent qu'elle se donne pour le rôle mais elle en impose pas. Le Dark Phoenix, ça reste une ado mal dans sa peau qui pique une crise, il manque quelque chose pour la mettre en valeur (bon, j'exagère un peu mais on en est pas loin).
D'autant qu'elle n'est pas aidé par le reste du casting qui s'en bat les couilles mais à un point tel que même chez Marvel ils ne sont pas autant blasés. Lawrence et Fassbender ne sont là que parce que contrat et se contentent limite de lire leur texte, ils pensent à leur liste de course en même temps qu'ils jouent, c'est hallucinant. Je ne sais pas si c'est parce qu'il n'y a plus rien à dire sur leur perso qu'ils sont comme ça ou si c'est parce qu'ils sont comme ça que leur perso n'ont plus rien à dire. Jessica Chastain en antagoniste blonde peroxydé, c'est pareil, elle a même réussi à négocier un rôle où elle peut vraiment ne rien avoir à faire ni à jouer, c'est couvert par le personnage. MacAvoy se bouge un poil plus mais c'est vraiment parce qu'il pouvait pas faire autrement. Quant au reste du cast, c'est vraiment tous les petits jeunes qu'ils ont récupérés du précédent film : gentillets, jouant probablement du mieux qu'ils peuvent mais c'est laborieux.

Le scénario, euh, bon, voilà voilà, probablement détruit par Dark Phoenix mais il est quand même truffé d'incongruité rigolote (coucou le vide spatial inexistant)

Côté spectacle, c'est pas fameux non plus. Encore une attaque de train pour les X-Men (j'ai l'impression qu'il n'y a que ça des fois), des jolies lumières qui ne servent à rien et des effets spéciaux un peu à la masse. C'est pas hyper palpitant, d'autant que le montage n'aide pas : t'as des temps morts au milieu de l'action que tu ne comprends pas, t'as des champs/contre-champs qui ne se répondent pas vraiment.

Bref, un film qui avait surement quelques bonnes intentions mais qui s'avère très moyen au final.

Avatar du membre
elpiolito
Roi du terrier
Messages : 338
Enregistré le : 29 janv. 2019 09:38
A remercié : 252 fois
A été remercié : 411 fois

Re: Films coup de coeur, coup de gueule

Message par elpiolito » 25 oct. 2019 12:08

Astérix et Obélix au service de sa majesté

Image

Il manquait à mon palmarès, c'est chose faite.

Globalement, ce n'est pas une catastrophe mais ce n'est pas bon non plus.
Dans les points positifs, on note la volonté de remettre au centre de l'intrigue Astérix et Obélix et de revenir à quelque chose de plus simple, de moins bling bling. Il faut dire que le précédent était plus la foire au grand n'importe quoi dans l'espoir de faire mieux que Chabat et cet opus évite cet écueil. Il tente également une certaine fidélité à la bande dessinée sans pour autant y coller et laisser un peu d'originalité. Enfin, il n'essaye pas d'être dans le gag à tout pris.

Par contre, qu'est-ce qu'il est chiant comme film !
C'est d'un mou, il n'y a absolument aucun rythme mais à tous les niveaux du film. Aucun sens de la blague et de son tempo, des scènes d'actions qui sont complètement plates, des séquences qui sont posées là sans justification.
La moitié du film est un enchainement de scènes sans aucun liant. Par exemple, les normands sont mandatés par césar pour détruire le village breton résistants. Ok, idée intéressante. Sauf qu'elle n'est que prétexte puisque les normands vont ensuite basculer au forceps sur la recherche de leur champion de la peur et plus personne, césar compris, ne parlera de la mission initiale. Et le film est rempli de vide comme ça, faut pas chercher à comprendre.
Côté interprétation, Depardieu est devenu Obélix ou l'inverse. C'est probablement le mieux du lot parce que le reste... Baer fait du Baer, Deneuve fait du Deneuve, Galienne tente de faire l'anglais : j'ai eu l'impression de voir les acteurs plutôt que les personnages tout le long du film, c'est assez dérangeant.
L'humour tombe a plat à peu près tout le temps. Si on peut noter une certaine recherche quand même et une volonté de ne pas être dans le bling bling, je note quand même plusieurs choses :
  • C'est hyper frileux, il n'y a pas de prise de risque. Les doux anachronismes chers à la BD ne sont pas super subtiles : on est sur le niveau 0 de l'anachronisme, c'est pas du petit détail en arrière plan, c'est la grosse caméra qui te les montre bien. Dans le film les Minions, on retrouve les mêmes en plus drôles
  • Les "citations" et "références" à d'autres films sont posées au forceps. Ce calage d'Orange Mécanique est assez symptomatique. Et quand il ne cite pas de la méga référence universel genre Inspecteur La Bavure, c'est loupé.
  • Le film reste dépendant du film de Chabat. Tout du long, il y a des clins d'oeils racoleurs : et va y que Baer te cale un "et c'est une bonne situation ça, bourreau ?", et une petite référence à Star Wars et Dark Vador, etC. En fait, sur une partie des vannes du film, on sent toute l'ombre de Mission Cléopatre qui planne. C'est pas outrancier comme celui au JO mais suffisamment important pour que le malaise naisse.
Bref, le film est dans la droite lignée de la production familiale française : oubliable.

Edit : et cette affiche racoleuse avec un Idéfix en tartan alors qu'il n'apparaît que deux minutes :p

Avatar du membre
elpiolito
Roi du terrier
Messages : 338
Enregistré le : 29 janv. 2019 09:38
A remercié : 252 fois
A été remercié : 411 fois

Re: Films coup de coeur, coup de gueule

Message par elpiolito » 09 déc. 2019 10:36

RocketMan

Image

La quasi-totalité des biopics regroupent les mêmes problèmes : vouloir tout caser alors qu'il n'y a pas la place, édulcorer les parties un peu trop dérangeante ou au contraire les exacerber à outrance, le tout sur une structure ultra-linéaire (et chronologique). Rares sont ceux qui arrivent à vraiment prendre au tripe et à s'affranchir de ces contraintes.

Rocketman y parvient néanmoins. Si le film se repose sur une structure linéaire "je vous raconte mon histoire par des flashbacks depuis mon enfance par ordre chronologique", on comprend très vite que les codes vont être bousculer. On va avoir ici une comédie musicale et rien que ça, c'est suffisant pour sortir le film du classicisme. Les chansons sont au service de l'intrigue et non l'inverse : elles sortent au moment où elles collent le mieux, pas forcément chronologiquement, sans en faire non plus des caisses. On n'est pas sur un catalogue, on n'essaye pâs de nous en expliquer la genèse ni le sens caché, elles sont là pour mettre en relief le parcours du héros et pas comme moteur de l'intrigue.
D'ailleurs, on se rend assez vite compte que l'histoire est subjective (et c'est tant mieux). Comme l'avait dit Koss, c'est Elton qui raconte sa vie : ce n'est pas objectif, c'est sa vision des choses et c'est tant mieux. C'est ce que j'attends d'un biopic personnellement : une vision, qui peut être bonne ou mauvaise, mais un vrai parti pris. La pseudo "objectivité" sur ce genre est complètement illusoire : si on veut la réalité, on regarde un documentaire. Le Biopic est toujours subjectif, il y aura toujours des raccourcis, des scènes qui se sont pas forcément vraie, etc. Et l'assumer pleinement est une bonne chose.

Le film propose quelques très jolis moment, souvent musicaux, comme le premier concert aux states ou la scène de la piscine. Il n'essaye pas de tout caser dans les deux heures : il y a du contenu mais on n'essaye pas de tout mettre. On insiste pas non plus bêtement sur tous les travers : on les montre mais ce n'est jamais vraiment moralisateur ou bêtement accusateur. Il y a aussi des évènements hors cadre que l'on devine mais qui ne sont pas pénalisants pour l'intrigue. Bref, on estime que le spectateur est intelligent.

Taron Egerton est vraiment très bien dans le rôle : il n'essaye pas de copier bêtement Elton, il propose son Elton, sa vision et c'est, à mon sens, ce qu'on demande d'un acteur (encore une fois, si on veut voir la vraie personne, on regarde un documentaire). Le fait que les chansons soient également réorchestrés et interprétés par les comédiens est un vrai plus, ça apporte vraiment une authenticité au film qui n'aurait pas été le même si ça avait été des morceaux des enregistrements d'Elton.

Le film n'est pas parfait pour autant : la première heure notamment souffre de quelques longueurs (le contraste est saisissant entre les moments musicaux hyper dynamiques et le reste, plus lent et mou), la réalisation, si elle a quelque fulgurances, ne parvient pas à tenir tout le film.

Mais ça ne suffit pas à entamer le reste du film qui reste très bon.

Un chouette biopic





Histoire de comparer avec Bohemian Rhapsody vu que les deux films ont un sujet commun, sont sortis quasi en même temps et ont partagé le même réalisateur, RocketMan est largement au dessus. En prenant une vraie direction, quelle soit artistique ou scénaristique, Rocketman évite la plupart des pièges dans lesquels Bohemian est tombé et que sa production un peu chaotique n'excuse pas complètement.
Si tout n'est pas à jeter dans Bohemian, ça reste une photocopie moyenne d'une oeuvre là où RocketMan est plus un original hommage, imparfait mais avec une âme.

Avatar du membre
Altaïr
Messages : 407
Enregistré le : 29 janv. 2019 17:55
A remercié : 396 fois
A été remercié : 364 fois

Re: Films coup de coeur, coup de gueule

Message par Altaïr » 09 déc. 2019 13:43

ça peut se regarder à partir de quel age tu penses ?

Avatar du membre
elpiolito
Roi du terrier
Messages : 338
Enregistré le : 29 janv. 2019 09:38
A remercié : 252 fois
A été remercié : 411 fois

Re: Films coup de coeur, coup de gueule

Message par elpiolito » 09 déc. 2019 15:01

10/12 ans : j'ai rien trouvé de super super trash mais c'est plutôt adulte dans le propos.

En tout cas, la seule scène d'overdose est complètement atténuée par la comédie musicale, tu ne le vois pas prendre des rails de coke pendant 10 minutes et les scènes de sexe doivent pas être tellement plus olé-olé que ce qui passe dans Plus Belle La Vie (et encore, je pense que PBLV est plus olé-olé).

Je viens de revoir une bande annonce, elles sont assez honnêtes sur le contenu du film, t'as pas de scènes choquante planquée :)

Avatar du membre
Nicknackpadiwak
Messages : 457
Enregistré le : 29 janv. 2019 07:37
A remercié : 539 fois
A été remercié : 457 fois

Re: Films coup de coeur, coup de gueule

Message par Nicknackpadiwak » 13 déc. 2019 20:34

Image

L’archétype du film Télérama-Inrocks-Nouvelle nouvelle vague- Truffaut & La Maman et la Putain version 2.0 – deuxième film d’Arnaud Desplechin - Koss doit détester – ça dure 3 heures- des personnages irritants- la sorbone, fac de droit toussa, toussa- qui théorisent, philosophent, discutent sans fin en se prenant la tête sur leurs petits problèmes et histoires de fesses- ça dure 3 heures putain – la nouvelle génération d’acteurs/actrices français qui vont régner sur les décennies qui arrivent (Mathieu Almaric (incandescent comme il le sera à chaque fois), Emmanuelle Devos, Jeanne Balibar, Chiara Mastroianni, Denis Podalydès, et n’est-ce pas Marion Cotillard qu’on voit 30 secondes à peine, mais toute nue ?) – mais aussi un film sur une génération de quasi trentenaire incapable d’avoir une relation autre que compliquée et conflictuelles avec les autres et eux-mêmes en premier.
Éreintant, insupportable, mais réellement fascinant.

Note : 9/10

Image

Vingt années plus tard, le prequel. J'avoue que je me pose pas mal la question de l’intérêt de ce film. Est-il autobiographique ? Si oui, est-il nécessaire ? Je ne sais pas. Car mis à part vite-fait le fait de retrouver des personnages au final assez arrogants et peu sympathiques et surtout pour la performance de Quentin Dolmaire qui arrive à reprendre un gestuel et une façon de parler similaire au personnage joué par Mathieu Almaric que cela en est troublant, le film recycle les thématiques (la relation amoureuse perturbée et prise de tête, la famille comme terreau de toutes les névroses) et les tics visuelles (les lettres lies face caméra, Roubaix belle comme jamais) du cinéaste, sans chercher à vraiment innover ou à essayer de retrouver la spécificité du premier film. Il y a bien quelques scènes cocasses (un tabassage sous les yeux passifs des amis, quand Paul apprend avec beaucoup de flegme que Esther l'a trompé avec son cousin, ou le "deuxième souvenir" qui s'amuse dans le terrain de jeu du Bureau des Légendes), mais c'est faible et il y a de fortes chances que j'oublie le contenu de ce film, à peine 2020 passée.

Note 5/10

Avatar du membre
Nicknackpadiwak
Messages : 457
Enregistré le : 29 janv. 2019 07:37
A remercié : 539 fois
A été remercié : 457 fois

Re: Films coup de coeur, coup de gueule

Message par Nicknackpadiwak » 15 déc. 2019 20:02

Image

Scorsese est fort tout de même. Car avec son casting XXL, The Irishman se positionne naturellement dans la lignée de ses deux chef-d ’œuvres que sont Les Affranchis et Casino, avec le risque énorme de ne pas être à la hauteur, de souffrir de la comparaison de ces deux fresques monumentales. Et bah, tranquillement, sans forcer, le film les rejoint dans leur statut de grands, très grands films.

Alors bien sûr, 3h30, c'est parfois long, on décroche par moment, il est aussi difficile de ne pas perdre dans cette tonne de personnages et on peut se demander la pertinence d'avoir illustré certaines parties, comme ce quart d'heure consacré à Crazy Joe. Mais à part ça, quel tour de force, le film est visuellement beau, c'est fluide, on est directement happé dans son univers, le travail de reconstitution et d’immersion est un modèle du genre. Il y a aussi de superbes scènes, des beaux moments de tension ou de violence, voire quelques moments comiques (la confrontation Hoffa-Pro en Floride). Scorsese a ce savoir-faire qui lui permet de rendre passionnant ce genre de film fleuve.

Sur le fond, le film arrive à mélanger l'intimiste avec l'Histoire contemporaine des USA. Dans The Irishman, les Etats-Unis sont décrits comme une société gangrenée par la violence (cf tous inserts donnant les circonstances de la mort des personnages, à 95% exécutés) et la corruption. En effet, on y voit le monde mafieux, syndicale et politique marcher main dans la main et tremper dans les mêmes magouilles. J'ai particulièrement aimé la relecture (?) de l'élection de JFK ainsi que la raison donnée pour l'intervention loupée de la Baie des Cochons en 1961.


On suit cette leçon d'Histoire via Frank, personnage ayant réellement existé, interprété magnifiquement par un De Niro qu'on retrouve au niveau Excelsior, après plusieurs films pas très glorieux (en fait, quasiment tous depuis presque 20 ans). Il est d'ailleurs bizarre au début de s’habituer à voir l'acteur rajeuni numériquement durant quasiment la moitié du film, son visage fait un peu faux, un peu plastique, d'autant sa gestuelle continue à rappeler l’octogénaire qu'il est presque. Mis à part cette petit réserve, le personnage est très bon et il est passionnant de suivre ce mafieux qui n’a pas d‘autre ambition que de bien faire le travail (et les exécutions) qu’on lui donne, sans remord, ni état d’âme, tel un parfait soldat, un personnage fidèle en amitié et donc tiraillé entre la guerre entre deux de ses meilleurs amis. Mais il est surtout un homme pathétique qui a pensé protéger sa famille financièrement ou avec les muscles, mais a oublié de donner ... de l'amour à ses filles, notamment Peggy. Un personnage complexe et plein de contractions donc. La dernière partie est très amère ; tout disparaît, les anciens Maîtres du Monde finissent en papy gateux, les erreurs passées ne sont pas réparés et à l'heure du bilan il est légitime de se demander à quoi tout cela a servi. Une fin désespérée, à l'opposé d'un Scarface par exemple.

Bref, Scorsese a encore montré qu'il était un des derniers Grands du monde de cinéma, car ils sont de moins en moins à pouvoir faire un film sur leur nom (Nolan est un autre contre-exemple). A l'heure des Marvels & Co (contre lesquels le réalisateur est parti en guerre), il est de plus en plus isolé. Le final de ce chef d'œuvre, ce classique instantané n'en est que plus autobiographique.

Note 9,5/10

Avatar du membre
elpiolito
Roi du terrier
Messages : 338
Enregistré le : 29 janv. 2019 09:38
A remercié : 252 fois
A été remercié : 411 fois

Re: Films coup de coeur, coup de gueule

Message par elpiolito » 16 déc. 2019 10:25

Nicknackpadiwak a écrit :
15 déc. 2019 20:02
Il est d'ailleurs bizarre au début de s’habituer à voir l'acteur rajeuni numériquement durant quasiment la moitié du film, son visage fait un peu faux, un peu plastique, d'autant sa gestuelle continue à rappeler l’octogénaire qu'il est presque.
Je n'ai pas vu le film donc je ne peux juger du rendu mais sur le principe, je trouve ça hyper dommage d'utiliser des procédés numériques pour rajeunir des acteurs plus vieux au lieu d'utiliser un autre acteur. A la rigueur, pour un petit raccord court quand tu es sur une suite d'un film qui a quelques années pour garder la continuité et que l'acteur est trop vieux pour passer pour un jeunot, pourquoi pas (genre sur Rogue One, les incrust de leia à la fin) mais si j'ai bien compris, c'est plus de la moitié du film qui est avec des rajeunissements à outrance. Je comprends l'envie de mettre De Niro et Pacino mais je trouve ça dommage de les utiliser à outrance.
Quand tu prends Men In Black 3, Brolin est absolument fabuleux en Tommy Lee Jones jeune, et ce sans effet numérique : on peut très bien avoir des acteurs plus jeunes qui composent la version jeune d'autres acteurs. D'autant que pour le cas de De Niro, si je ne me trompe pas, c'est bien lui qui interprète le personnage de Brando en version jeune dans le Parrain : si le procédé avait été au point, on aurait eu un vieux Brando rajeuni à la place ?
C'est dommage parce qu'on se plaint du numérique à outrance et effets spéciaux dans tous les coins, du fan service à tout va et d'une uniformisation de la production mais même des réalisateurs comme Scorsese y sombrent un peu (nonobstant la qualité du film, s'entend, puisque je ne l'ai pas vu). Il n'y a du coup pas vraiment de transmission, de passage de relais entre générations d'acteurs : les vieux font des films pour manger avec, de temps en temps, une fulgurance qui rappelle leur gloire jadis, les jeunes font du Marvel ou du film grand spectacle et entre les deux, il n'y a pas vraiment de mélange je trouve. C'est vraiment dommage.
Nicknackpadiwak a écrit :
15 déc. 2019 20:02
Bref, Scorsese a encore montré qu'il était un des derniers Grands du monde de cinéma, car ils sont de moins en moins à pouvoir faire un film sur leur nom (Nolan est un autre contre-exemple).
Justement, Scorsese ne peut plus vraiment faire de film sur son nom. Scorsese + De Niro + Pacino, c'est arrivé sur Netflix parce que les studios traditionnels se sont désengagés du financement. Scorcese, s'il n'a pas Di Caprio au générique, il n'a pas de financement. Di Caprio est "bankable", plus Scorcese.

Avatar du membre
Koss
Messages : 521
Enregistré le : 29 janv. 2019 09:58
A remercié : 476 fois
A été remercié : 566 fois

Re: Films coup de coeur, coup de gueule

Message par Koss » 16 déc. 2019 11:24

Image

Je rejoins complètement Nick sur tout ce qu'il a dit (#ForeverNick)

Un des meilleur film de l'année, porté par une dernière demi-heure éblouissante.

La de-agging sert complètement le propos fataliste du film, puisque De Niro porte dès les premières scènes, sur son visage inéluctabilité de sa vieillesse et donc de sa propre mort.

Scorsese tue le genre qu'il a lui-même contribué à populariser et parvient même à répondre à "Il était une fois en Amérique" et au Parrain.

Vraiment un grand film.

17/20

Avatar du membre
Galax
Messages : 374
Enregistré le : 29 janv. 2019 01:45
A remercié : 352 fois
A été remercié : 316 fois

Re: Films coup de coeur, coup de gueule

Message par Galax » 16 déc. 2019 17:26

Il est bien loin le temps où Nick était surnommé l'extincteur de Netflix :(

Avatar du membre
Nicknackpadiwak
Messages : 457
Enregistré le : 29 janv. 2019 07:37
A remercié : 539 fois
A été remercié : 457 fois

Re: Films coup de coeur, coup de gueule

Message par Nicknackpadiwak » 17 déc. 2019 09:34

elpiolito a écrit :
16 déc. 2019 10:25

Justement, Scorsese ne peut plus vraiment faire de film sur son nom. Scorsese + De Niro + Pacino, c'est arrivé sur Netflix parce que les studios traditionnels se sont désengagés du financement. Scorcese, s'il n'a pas Di Caprio au générique, il n'a pas de financement. Di Caprio est "bankable", plus Scorcese.
Remarque très pertinente.

Avatar du membre
Nicknackpadiwak
Messages : 457
Enregistré le : 29 janv. 2019 07:37
A remercié : 539 fois
A été remercié : 457 fois

Re: Films coup de coeur, coup de gueule

Message par Nicknackpadiwak » 17 déc. 2019 09:37

Galax a écrit :
16 déc. 2019 17:26
Il est bien loin le temps où Nick était surnommé l'extincteur de Netflix :(
Remarque moins pertinente :P

Je ne pense avoir tapé de manière gratuite sur Netflix. Juste fait observer que leur programmation ne casse pas toujours des briques et qu'ils ont tendance à penser les séries pour qu'elles soient binge-watchées, ce qui offre souvent des épisodes totalement inutiles qui ne valent que pour les dernières secondes qui donnent envie d'enchaîner un nouvel épisode.

Avatar du membre
Galax
Messages : 374
Enregistré le : 29 janv. 2019 01:45
A remercié : 352 fois
A été remercié : 316 fois

Re: Films coup de coeur, coup de gueule

Message par Galax » 18 déc. 2019 23:49

... c'était une boutade :( (je n'ai même pas vu ce film)

Répondre